•  

    Bear siblings (La famille ours)
     
     
    3e épisode de Shokuzai (Second film pour la version française) qui va raconter comment une des 4 gamines va chercher à faire pénitence suite à la mort de leur amie Emili.  Cette fois-ci c'est Akiko qu'on va suivre.
     
        
     
    L'histoire débute quand Asako, la mère de  Emili, vient rendre visite à Akiko, emprisonnée en prison pour un crime. Cette dernière annonce à Asako que par cet acte elle a fait pénitence, et commence à raconter son histoire, comment elle en est arrivée là...
     
    Les années ont passé depuis le drame qui a frappé Akiko et ses amies, alors que les autres semblent avoir prit leur indépendance et débuté tant bien que mal une nouvelle vie,  Akiko, elle est resté chez ses parents, et est à quelques choses près restée la même. 
    Hikikomori (une sorte de no life extrême japonais) elle reste cloîtrée chez elle, sortant peu et vivant aux  crochets  de ses parents.
    Le retour au bercail de son frère va un peu bousculer ses habitudes, en effet, il arrive avec une femme et une belle fille, et alors que sa femme est souvent absente et que celui-ci est prit par son  boulot, Akiko n'a d'autre choix que de faire la babysitter, c'est ainsi qu'elle se lie peu à peu d'amitié avec la petite.
     
                
     
     
    Petit à petit, Akiko découvre le comportement étrange de son frère...
     
     
     
    Cette troisième partie de Shokuzai m'a plus scotché que la seconde, j'ai eu un peu l'impression de retrouver les éléments de la première partie, c'est une partie assez sombre, dès le départ on sait qu'un crime a été commis par Akiko, puis on découvre que Akiko est une sorte D'Hikikomori, celle-ci a une apparence et un comportement très étrange, mettant mal à l'aise.
    Avec l'arrivée de son frère, on plonge un peu plus dans les abysses, ce dernier semble cacher un vice en lui...
     
    Le Fantôme d'Emili là encore continue de hanter une autre de ses amis, meme si au visionnage, on peut penser que bien avant ça, la gamine a été traumatisée...
     
     
    Il reste donc maintenant plus que 2 épisodes avant la conclusion de Shokuzai, et pour le moment, aucun indice sur l'identité du tueur.
     

    votre commentaire
  •  

    Parent Teacher Association (PTA)

     

    Seconde critique sur Shikaziki. Vous pouvez trouver la première partie ici : Shokuzai - Presentation et premier épisode
     
     
    Le second épisode se développe autour d'une autre des 4 gamines devenue grande, Maki.
    Cette dernière, devenue adulte est devenue professeur, et s'est jurée de protéger ses élèves.
    Traumatisée par l'incident survenue durant son enfance, c'est une femme marquée, obsédée par l'autorité elle mets un point d'honneur à respecter le règlement, ce qui lui vaut des soucis avec ses collègues, les élèves et leurs parents.
     
    Son quotidien va être chamboulé le jour où, lors d'un cours de piscine, elle sauve ses élèves d'un fou armé d'un couteau, alors qu'un autre collègue aimé de tous fuit l'agresseur...
     
     
     
              
     
     
     
     
    Second épisode du drama (ou dernière partie du premier film). L'intrigue ici est moins glauque que dans la première partie.
     
    On y découvre l'univers de l’enseignement, ses dures lois et les difficultés des profs à faire leur devoir (vis à vis de la hiérarchie des élèves et des parents. Ici Maki, peut-etre plus que Sae, est marqué par le décès de son amie et par la promesse faite à la mère de cette dernière, on peut même dire que Maki s'est construite autour de cette promesse.
     
     
                          

    votre commentaire
  •  
    PRESENTATION :
     
    Shokuzai est un drama japonais de 5 épisodes, il est l'adaptation du roman « Shokuzai » de Kanae Minato. Diffusée entre le 8 janvier et le 5 fevrier 2012 sur la chaîne WOWOW, il est réalisé par Kiyoshi Kurosawa.
    Plus tard, la série est remaniée pour devenir 2 films, intitulés « Shokuzai – Celles qui voulaient se souvenir » et « Shokuzai – Celles qui voulaient oublier », présentés à la Mostra de Venise 2012 avant une sortie en salles en 2013.
     
    Synopsis : Une fillette, la petite Emili, nouvellement arrivée dans une école, se lie d'amitié avec quatre autres. Un jour, alors qu'elles jouent ensemble dans la cour de l'école, Emili suit un homme pour l'aider dans son travail. Il l'assassine dans le gymnase tandis que ses amies l'attendent. Sous le choc, elles sont toutes incapables de se souvenir du visage de l'assassin. La mère d'Emili les condamne alors à la pénitence (« shokuzai » en japonais).
    Quinze ans plus tard, elles restent profondément marquées, chacune à leur manière, par cet épisode de leur enfance.
     
     
     
    EDITION :
     
    La série (ou plutôt les deux films) ont été édité en France par la Fnac, en coffrets 2 DVD et 2 Bluray. Je suis un peu déçu par l'édition, on ne sais pas par lequel des 2 disques il faut commencer, j'ai du aller me renseigner sur le net avant de visionner les disques pour ne pas être spoilé.
     
    À part ça, il s'agit d'une VOSTFR, langue japonaise avec des sous-titres en français, donc.
    Les menus sont simples, accès direct au film, chapitrage et bonus (sur le premier disque).
     
    Viens maintenant le « problème » ce qui m'a dérangé. J'aurais aimé visionner Shokuzai sous sa forme drama (avoir le choix de m'arrêter à la fin d'un épisode, commencer au début d'un autre).
    Hélas, ici ça se présente sous la forme de deux films, et si on veux stopper à la fin d'un épisode, il faut faire un arrêt sauvage en pleine lecture.
     
        
     
    REALISATION :
     
    L'histoire débute avec l'arrivée de la petite Emili dans sa nouvelle école. Très vite liée d'amitié avec 4 autres gamines de son école, elles sont un jour interrompu par un homme qui sollicite son aide. Peu de temps après elle est retrouvé morte, et alors que ses 4 camarades sont interrogées par la police, elles ne sont pas capable d'identifier le coupable.
     
    15 ans passent ainsi, on retrouve Sae, une des 4 gamines qui etait amie avec Emili, cette dernière ouvre la première partie du drama, elle garde des marques du traumatisme et vie une existence difficile.
    Apparement, chaque épisodes démarera ainsi, se concentrant sur une des 4 fillettes, à l'epoque de l'assassinat de leur amie, puis leur vie, 15 ans après.
     
     
     
    EPISODE 1 : Le vol des poupées françaises
     
          
     
    La première partie "Le vol des poupées françaises" se centre sur Sae, une des 4 jeunes filles amies avec Emili. Elle a gardé un traumatisme du drame et vie une vie difficile, alors qu'elle reçoit une demande de mariage arrangé, sa vie va basculer, mais en bien ou en mal ?
     
     
     
    CONCLUSION :
     
    Pour le moment, je suis satisfait de mon visionnage, c'est un bon drame, il n'y a pas (beaucoup) de temps mort, la construction de Shokuzai est pas mal, on commence par découvrir les personnages qui gravitent autour de Emili, puis il semble que chaque épisode soit centré sur une des jeunes filles plus grande.
    Pour le moment il semble que le drame reste présent, du moins pour Sae, elle est devenue une jeune fille triste et effrayée.
     
     
      

    votre commentaire
  • sadako3da1
    Sadako 3D est un film japonais sortit en 2012 au Japon et réalisé par Tsutomu Hanabusa. Sortie en salle et en DVD/Bluray au Japon. En France, il a été diffusé lors du festival de Cannes la même année, mais c'est tout, pas de sortie cinéma ni sortit en DVD ou Bluray.
     
    Sadako 3D est une sequel (suite) de la saga ring. De mon point de vue, c'est surtout une tentative de donner un coup de jeune à la licence et d'essayer de fidéliser un nouveau public.
     
     
     
    Presentation.
    Le film s'ouvre sur une scène inquiétante, un jeune homme très étrange, Kashiwada se dresse au dessus de ce qui semble être un puits, on le vois se débarrasser d'un corps de femme aux longs cheveux et habillée d'une robe blanche, au bout de sa chute, elle rejoint d'autres corps identiques...
    Qui est ce jeune homme, quel est son but ?
     
    Akane Aikawa est une jeune prof dans un établissement scolaire, un jour, une de ses élèves est retrouvé morte après avoir fait une chute par la fenêtre. Est-ce un suicide ou une mort accidentelle ?
    Car en ce moment les suicides étranges sont très fréquents.
    Y a t'il un rapport avec cette étrange rumeur autour de la video maudite d'un showcase dans lequel un jeune homme mystérieux se suicide ? Bien que la vidéo ait disparut de la toile, elle réapparaît parfois.
     
     
     
    SADAKO3D_Still030
     
    J'ai vu le film il y a maintenant presque 2 mois, en fan de « Ring » j'avais hâte de le voir, finalement je n'en ressort pas vraiment satisfait. La tension est beaucoup moins palpable et comme pour de nombreux film, la réalisation joue trop sur l'effet 3D (même si j'ai vu le film en 2D, il est facile de voir que l'effet 3D est sur exploité, au détriment du scénario).
     
     
    Ce film est construit un peu comme le premier Ring, une enquête est menée pour apprendre la vérité, mais plus de personnes sont impliquées, Akane Aikawa et son petit ami, les deux inspecteurs de police... D'ailleurs, il y a aussi plus de personnages « intéressant » que dans Ring, comme la proprio du jeune homme mystérieux, ou encore lui même...
    Les lieux visités sont aussi variés, l’établissement scolaire classique tranche avec l'ambiance étrange qui se dégage du lieu où a vécu Kashiwada, et où il a tourné sa vidéo, on retrouve bien sur la place inquiétante où se dresse le fameux puits, objet de nombreux cauchemars..
     
    Mais j'ai aussi retenus de nombreux passages grotesques, le jeux de certains acteurs à certains moment, la 3D abusées lors de l'apparition de Sadako, ce qui advient des personnes infectées par Sadako qui ne sont pas « élues » et surtout, la dernière partie, lors de la confrontation entre l’héroïne et ces..  « choses ».
     
    sadako3
     
    Pourtant tout n'est pas à jeter, les idées de base sont bonnes, on retrouve de bons éléments du folklore japonais comme le personnage aux pouvoirs psychiques, certains passages sont angoissants, les nouvelles technologies sont assez bien intégrées dans la mythologie de Ring (Sadako qui infecte les écran, aussi bien portables, TV, PC ou panneaux publicitaires) et la fin promet de bonnes choses pour la suite (Sadako 3D2 est déjà sortit au Japon).
    Quand la réalisation n'est pas surfaite, elle propose même de très belles choses.
     
    Reste quand même une interrogation, des détails, comme les nombreux papillons tout au long du film, me font penser que ce film est fait pour les japonais et que les étrangers n'ont peut-être pas les connaissances culturelles pour profiter pleinement du film.
     
     
    En conclusion, même si j'ai été un peu déçu car j'en attendais trop, ce film est loin d’être mauvais, il exploite intelligemment la 3D, même si il en fait parfois trop et a su adapter la malédiction de la cassette vidéo à notre époque.

    votre commentaire
  • 2698
     
    Tomie : Another Story est un film japonais de 1999, réalisé par Toshirō Inomata.
    Ce film a deux particularités, il est sortit directement en VHS/DVD, sans passer par la case cinéma, et il est composé de 3 courts métrage, le tout faisant 72 minutes.
    Il s'agit de l'adaptation de la série de manga « Tomie » de l'auteur Junji Ito.
     

     
    Présentation : 
     
     
    Tomie : first story
     
    Le corps sans vie de Tomie a été retrouvé au milieu des poubelles. Alors que les élèves sont en état de choc, Miki se dit qu'elle pourrait profiter de la mort de Tomie pour recuperer son ancien petit copain, Takashi, que Tomie lui a prit.
    Mais avant que celle-ci n'ait le temps d'agir, Tomie revient !
     
     
    Ce premier court métrage est celui que j'ai le moins apprécié des 3, l'histoire est assez simple et manque d'originalité, de même pour le développement qui manque de surprise.
     
    En ce qui concerne la production, tout comme le premier film, celui-ci semble assez vieillot. Les réactions et les jeux d'acteurs des personnages laissent à désirer. Tomie elle même peine à convaincre, même si l'actrice est assez proche du personnage, notamment dans le comportement et le rire.
    Heureusement, la bande son à certains moment remonte le niveau, grace à un style assez enfantin, angoissant.
     
     
     
    Tomie : second story
     
    Un photographe en panne d'inspiration décide de retourner dans son village natal, là où, il y a des années, il a fait la rencontre d'une femme magnifique et troublante. Un soir dans un bar, il fait une troublante rencontre, une jeune femme, le portrait craché de la femme qu'il observait jadis. Sans doute sa fille, mais une fille peut-elle ressembler autant à sa mère ?
     
     
    Cette seconde histoire est à mille lieux de la première, déjà, elle ne se passe pas dans le monde lycée, mais adulte, cela mène au second point, le plus important, il se dégage un certain érotisme de ce second court-métrage, ici Tomie use et abuse de ses charmes, comme on peut le voir lors de sa rencontre avec le photographe dans le bar.
    C'est aussi dans cette histoire la seconde apparition d'un homme étrange portant un cache œil, si au début il se contentait de prendre des photos, dans ce second court métrage il se monstre plus hostile.
     
    Ici l'actrice colle parfaitement au rôle, envoûtante mais gardant un coté angélique qui tranche avec sa véritable nature. Le rôle du photographe, quand à lui parait bien plat.
    Le film est lui, aussi mieux réalisé que les deux précédents, même si il souffre d'une bonne baisse de régime à un moment,lorsque le photographe et Tomie passent une après midi ensemble à prendre des clichés. Néanmoins ça redécolle assez vite quand le photographe découvre les monstrueux clichés qu'il a prit de la jeune fille. On bascule alors véritablement dans le film d'horreur.
     
    La fin aussi offre une surprise de taille, à la hauteur du premier Tomie.
     
     
     
    Tomie : Third Story
     
    Un couple d'amoureux sont attaqué par un homme étrange portant un cache œil, ce dernier semble en vouloir particulièrement à la jeune fille, pour quelle raison ?
     
     
    Dans cette troisième et dernière histoire de « Tomie : Another Face » c'est l'homme au cache œil qui a le rôle centrale, on va enfin savoir qui il est et quelles sont ses motivations.
    On découvre un autre aspect de Tomie, toujours manipulatrice, elle montre son mauvais caractère lorsque son « petit amis » se sauve de leur agresseur plutôt que de l'affronter.
     
    En ce qui concerne la réalisation, ce 3e court métrage est là aussi réussi, que ça soit la scène de la morgue, ou la scène finale, et toujours la petite chansons murmuré qui rajoute une ambiance inquiétante.
    Au niveau du jeu d'acteur, l'actrice reste convaincante, passant du « cute » à l'agressif.
    Les deux hommes, le « fiancé » et l'homme au cache œil ont aussi un meilleur jeu, le premier, un espèce de peureux maladroit ferrait tout pour garder Tomie. Le second, un homme dont la vie sera irrémédiablement gâchée à cause de sa rencontre avec Tomie est bien décidé à se venger d'elle.
     
     
     
     
    Tomie : Another story est un film intéressant, son découpage fait qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer (à eux trois les films font 72 minutes). Pourtant il y a quand même des points négatifs (baisse de rythme, mauvais jeu d'acteur) mais il sont effacé devant les qualités du film, une bonne adaptation, 3 « Tomie » à la fois différentes et identiques, de meme, chaque court m »trage possède sa propre ambiance, une actrice assez cohérente avec le personnage. Un fil rouge qui relie les 3 histoires et qui se conclue dans la dernière.
     
    Malgré ça, il sera difficile de départager les deux premiers films.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique