• Le cirque des horreurs

     

    jVP5fNaWnwPku
     
    Le cirque des horreurs est un manga écrit et dessiné par l'auteur japonais Junji Ito.
    À part la première histoire, le cirque des horreurs, parut en 1991, les autres ont été publié entre 1994 et 1995, elles ont toute été prépubliéés dans le magazine Halloween, hormis « la fenêtre d'à coté » sortit dans le Nemuki.
    Le recueil, quand à lui sort en 1998, chez Asahi Sonorama, pour le Japon, puis 2012 en France, chez Tonkam. L’éditeur propose alors une couverture là encore originale.
     
    Résumé de l’éditeur :
     
    Qu’elle fasse appel à la nostalgie ou à des peurs nouvelles, l’horreur façon Junji Ito est capable de donner des frissons à tous les mordus du genre ! « Le Cirque des Horreurs » est au Japon le 13e volume de l’anthologie consacrée à Junji Ito.
     
     
    Ce recueil se compose de 5 nouvelles, les 2 dernières forment une seule et même histoire, autour d'une famille dérangée.
     
    Le cirque des horreurs.
    Un cirque vient de débarquer en ville, Yoshiyuki s'empresse de s'y rendre, en effet il veux y voir Lelia, une magnifique jeune fille qui a intégré son école le temps que le cirque soit en ville.
    Mais sur place, alors que la représentation vient tout juste de commencer, un clown meurt de manière tragique lors de son tour. Et il ne sera pas le seul à périr...
    Quel est donc ce cirque, pourquoi Lelia semble elle terrifiée ?
     
    Une histoire assez grotesque sur un cirque.
     
     
    La ville aux pierres tombales.
    Kaoru reçoit un jour un courrier d'une amie qui a déménage l'an passé, elle l'invite à lui rendre visite dans son village.
    Accompagné de son frère, elle se rends au village, mais sur la route ils renversent une jeune fille.
    Inconsciente et couverte de sang ils la montent dans la voiture, mais ils fois qu'ils constatent son décès, ils décident de la cacher dans le coffre.
    Arrivé en ville, ils tombent sur de drôles d’édifices, ils apprennent peu après qu'il s'agit de tombes qui ont poussé là instantanément où sont mort des gens.
    Ils apprennent aussi qu'il ne faut JAMAIS déplacer un corps après un décès, sous peine d'en subir les conséquences.
    Pendant ce temps là, le corps attends toujours dans le coffre...
     
    Une histoire avec une bonne tension, on suis les deux protagonistes qui tentent tant bien que mal de cacher leur forfait, tout en se demandant quelle est cette chose horrible qui arrive quand un corps est déplacé et ne peut pas créer sa pierre tombale.
     
     
    La fenêtre d'à coté
     
    Un jeune homme vient d’emménager avec sa famille dans une vieille maison, alors qu'il est partit saluer le voisinage, une maison attire son attention, elle ne possède qu'une porte d'entrée, et une fenêtre à l'étage.
    Durant la nuit, il est réveillé par une voix qui l'appel. Il s'agit de l'horrible résidente de la maison d'à coté qui semble lui porter un intérêt tout à fait particulier. Nuit après nuit, les harcèlement continuent, et la femme semble se rapprocher de plus en plus de la chambre du jeune homme...
     
    Histoire courte et peu développé, elle n'en reste pas moins effrayante.
     
     
    Les mystérieux Enfants Hikizuri : L'amoureux de la cadette.
     
    Kotani reçois un jour un appel inquiétant d'une connaissance de lycée, la jeune fille, Narumi, lui annonce au téléphone qu'elle compte mettre fin à ses jours.
    Après qu'il l'ai secouru il la recueil chez lui, car la jeune fille semble fuir ses frères et sœurs avec qui elle vit depuis la mort de ses parents....
     
    C'est une histoire assez malsaine, la famille Hikizuri est composé des pires individus possibles, laids, méchants, sadiques et terrifiants, après que leur sœur (on se demande d'ailleurs si elle est vraiment de leur famille) les ait quitté, ils partent à sa recherche et décident de se venger, d'elle et de Kotani, pour ça ils réfléchissent aux pires sévices imaginables. Mais le pire reste la fin, vraiment terrible !
     
     
    Les mystérieux Enfants Hikizuri : La séance de spiritisme.
     
    Kazuya, le chef de famille des Hikizuri tombe un jour sur une jeune femme dont la passion est de photographier les esprit, tombé sous son charme il va monter une supercherie en lui faisant croire que des esprits se trouvent chez lui et l'invite à lui rendre visite.
    La pauvre ne sait pas ce qui l'attends dans cette maison de fou. Mais il semblerait bien que des esprits soient présent, et si ils prenaient possession d'un des membres de la famille ?
     
    Cette seconde histoire reste dans la veine de la précédente, une famille détestable et des situations grotesque dans lesquels sont mêlés des jeunes gens tout à fait normaux.
     
     
     
    Hormis la ville aux pierres tombales et la fenêtre d'à coté, ce recueil ne fourmille pas d'histoires indispensables. Néanmoins pour les fans de Junji Ito c'est toujours un plaisir de lire ses œuvres toutes plus bizarres les unes que les autres.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :