• Rémina - la planète de l'enfer

     

     

    9782759500888


     Rémina est un manga de Junji Ito. Ici, il signe une de ses rares séries à se dérouler sur un tome entier, l'auteur étant habitué à publier des récits courts.
     
    Il semble que la série ait d'abords été publié en 1997 (sans doute pour la prépublication), puis en 2005, cette seconde date doit correspondre à la date de sortie en volume relié.
    Pour l’éditeur japonais, le doute plane aussi, certaines sources citent Asahi sonorama, d'autres l’éditeur Shogakukan.
     
    En France, pas de doute, comme pour toutes les séries de l'auteur,c'est Tonkam qui s'y colle, il publiera cette au début de l'année 2008.
     
     
    Résumé de l’éditeur :
     
    Lorsque le professeur Ooguro baptise la planète qu'il a découverte Rémina, du nom de sa fille, il ignore qu'il signe là sa perte. Si les premiers temps, Rémina devient la nouvelle coqueluche du public, quand la planète s'avère être un fléau de premier ordre, l'opinion se retourne et la vie de Rémina tourne au cauchemar...
     
     
    Le tome débute sur une scène qui semble être tout droit sortit du moyen-age, une jeune femme est sur un espèce de bûcher, près à être brûlée et une foule en délire réclame sa mort.
     
    Après ces quelques pages l'histoire débute. Nous revoilà 1 ans plutôt avant la scène d'introduction.
    Le professeur Oguro brillant nobel a fait la découverte d'une nouvelle planète, il décide de lui donner le nom de sa fille chérie, Remina.
    Alors que l'étoile mystérieuse attise la curiosité des gens, c'est peu à peu au tour de Rémina, la fille du professeur d’être le centre d’intérêt, elle est bientôt adulée telle une idole, signant contrats sur contrat, pour des spots TV, des interventions diverses...
     
    Hélas, des scientifiques observants la mystérieuse planète découvrent que celle-ci se dirige vers la Terre, et qu'elle « dévore » tout corps céleste sur son passage.
    Ceux qui adulaient Remina il y a encore peu de temps ont vite fait de lancer l’hypothèse que c'est la jeune fille, qui possède le même nom que l’étoile, qui l’attire jusqu'ici, que c'est de sa faute si tout le monde est en dangers, ils partent donc à sa recherche pour en finir avec « Remina »...
     
     
    Ici l'auteur abandonne le gore pour jouer davantage sur la peur et la folie de l'Homme. Ces hommes qui passent de « l'amour fou » pour une jeune fille, devenue idole d'une génération à cause de son nom, à une haine menée par une folie et à une peur aveugle.
     
    La peur est représentée ici par la terrible planète qui approche inexorablement de notre Terre, dévorant tout sur son passage, et que rien ne semble arrêter. Les gens se sont donc mis en tête de chasser, Remina, la jeune fille, mais est-ce la solution ?
    La folie grimpe elle aussi rapidement, folie des hommes mettant tout en œuvre pour traquer Remina, puis peu à peu, folie de la nature, à l'approche de Remina, tout se détraque peu à peu...
     
     
    Remina fait partit de mes titres favoris de l'auteur, il s'agit d'un titre construit, développé, qui a un début et une fin (contrairement à une majorité des histoires courtes de l'auteur, souvent peu ou pas développé). On suis au fur à mesure le calvaire de Remina, traqué pour quelque chose dont elle n'est pas responsable. À mesure que le temps passe, son quotidien s'effrite devenant de plus en plus effrayant, dangereux pour elle et ses proches, car elle n'est pas toute seul durant sa fuite (par moment en tout cas).
     
     
    Quelques mots en ce qui concerne le dessin et l’édition.
    L’édition tout d'abords. Rémina est un des premiers titres de Junji Ito à profiter d'une couverture originale chez Tonkam, ici, les tentacules qui entourent Remina on un touché rugueux lorsqu'on passe la main dessus.
     
    En ce qui concerne le dessin, il montre très bien les sentiments des personnages, peur, haine et souffrance, et les quelques peu passages gores sont aussi très bien mis en scène et en image.
     
     
     
    Dans ce tome, on trouve aussi un autre récit « Des milliers de solitude ».
     
    Dans une ville, un jour, son retrouvé deux corps cousus entre eux. Peu à peu ce phénomène se généralise et de plus en plus de gens sont retrouvé cousus... Est-ce un phénomène naturel ? Ou est-ce quelqu'un qui coud ces gens ?
    Un court récit qui aurait mérite être approfondit. Le dessin est assez réussi, on retrouve une bonne touche absurde, mais hélas tout ça manque de fond.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :