• Sadako 3D

    sadako3da1
    Sadako 3D est un film japonais sortit en 2012 au Japon et réalisé par Tsutomu Hanabusa. Sortie en salle et en DVD/Bluray au Japon. En France, il a été diffusé lors du festival de Cannes la même année, mais c'est tout, pas de sortie cinéma ni sortit en DVD ou Bluray.
     
    Sadako 3D est une sequel (suite) de la saga ring. De mon point de vue, c'est surtout une tentative de donner un coup de jeune à la licence et d'essayer de fidéliser un nouveau public.
     
     
     
    Presentation.
    Le film s'ouvre sur une scène inquiétante, un jeune homme très étrange, Kashiwada se dresse au dessus de ce qui semble être un puits, on le vois se débarrasser d'un corps de femme aux longs cheveux et habillée d'une robe blanche, au bout de sa chute, elle rejoint d'autres corps identiques...
    Qui est ce jeune homme, quel est son but ?
     
    Akane Aikawa est une jeune prof dans un établissement scolaire, un jour, une de ses élèves est retrouvé morte après avoir fait une chute par la fenêtre. Est-ce un suicide ou une mort accidentelle ?
    Car en ce moment les suicides étranges sont très fréquents.
    Y a t'il un rapport avec cette étrange rumeur autour de la video maudite d'un showcase dans lequel un jeune homme mystérieux se suicide ? Bien que la vidéo ait disparut de la toile, elle réapparaît parfois.
     
     
     
    SADAKO3D_Still030
     
    J'ai vu le film il y a maintenant presque 2 mois, en fan de « Ring » j'avais hâte de le voir, finalement je n'en ressort pas vraiment satisfait. La tension est beaucoup moins palpable et comme pour de nombreux film, la réalisation joue trop sur l'effet 3D (même si j'ai vu le film en 2D, il est facile de voir que l'effet 3D est sur exploité, au détriment du scénario).
     
     
    Ce film est construit un peu comme le premier Ring, une enquête est menée pour apprendre la vérité, mais plus de personnes sont impliquées, Akane Aikawa et son petit ami, les deux inspecteurs de police... D'ailleurs, il y a aussi plus de personnages « intéressant » que dans Ring, comme la proprio du jeune homme mystérieux, ou encore lui même...
    Les lieux visités sont aussi variés, l’établissement scolaire classique tranche avec l'ambiance étrange qui se dégage du lieu où a vécu Kashiwada, et où il a tourné sa vidéo, on retrouve bien sur la place inquiétante où se dresse le fameux puits, objet de nombreux cauchemars..
     
    Mais j'ai aussi retenus de nombreux passages grotesques, le jeux de certains acteurs à certains moment, la 3D abusées lors de l'apparition de Sadako, ce qui advient des personnes infectées par Sadako qui ne sont pas « élues » et surtout, la dernière partie, lors de la confrontation entre l’héroïne et ces..  « choses ».
     
    sadako3
     
    Pourtant tout n'est pas à jeter, les idées de base sont bonnes, on retrouve de bons éléments du folklore japonais comme le personnage aux pouvoirs psychiques, certains passages sont angoissants, les nouvelles technologies sont assez bien intégrées dans la mythologie de Ring (Sadako qui infecte les écran, aussi bien portables, TV, PC ou panneaux publicitaires) et la fin promet de bonnes choses pour la suite (Sadako 3D2 est déjà sortit au Japon).
    Quand la réalisation n'est pas surfaite, elle propose même de très belles choses.
     
    Reste quand même une interrogation, des détails, comme les nombreux papillons tout au long du film, me font penser que ce film est fait pour les japonais et que les étrangers n'ont peut-être pas les connaissances culturelles pour profiter pleinement du film.
     
     
    En conclusion, même si j'ai été un peu déçu car j'en attendais trop, ce film est loin d’être mauvais, il exploite intelligemment la 3D, même si il en fait parfois trop et a su adapter la malédiction de la cassette vidéo à notre époque.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :